Villa « La Piscine » Ambohibao – BP 399 – 101 Antananarivo

Stratégie Nationale de la lutte contre la corruption

Nous avons commencé à lutter contre la corruption et à en faire une de nos priorités depuis une dizaine d’années. Avec nos IPC obtenus jusqu’ici, nous sommes très loin de l’objectif fixé en 2004. Les résultats obtenus ne sont pas à la hauteur des attentes.

En quoi consiste exactement cette nouvelle SNLCC?

Il s’agit d’une mise à jour de la Stratégie de Lutte Contre la Corruption (SNLCC) adoptée en 2004-2005. La deuxième SNLCC devrait donc être adoptée pour atteindre pour une 2è période de 10 ans les objectifs initialement fixés, au regard du contexte socio-économique post-crise qui ont vu apparaitre de nouveaux paramètres amplificateurs d’opportunités de corruption et des déficiences majeures affectant tous les piliers du système national de l’intégrité.

Objectif

Dans cette nouvelle approche de recadrage, il conviendrait en premier lieu, de redéfinir les secteurs prioritaires. En effet, si certains secteurs restent prioritaires, comme la Police Nationale, la Gendarmerie Nationale, les Impôts, Douanes, d’autres secteurs ont connu par contre un fort niveau de corruption ces 5 dernières années, entre autres, les Cours et juridictions ainsi que les secteurs minier et forestier.

En deuxième lieu, si les axes stratégiques de la lutte contre la corruption fixés par la 1ère SNLCC restent pertinents, il s’avère nécessaire de revoir les volets d’actions pour prendre en compte des dimensions nouvelles.

Vision

Une stratégie d’approche particulière devrait en conséquence être adoptée pour que les actions menées en amont soient prolongées jusqu’en aval du processus pénal. Dans cette optique, il faut à priori garantir l’indépendance des magistrats de la chaine pénale anti-corruption, d’une part, par l’ institutionnalisation de la CPAC en structure indépendante des Cours et Tribunaux, et d’autre part, en donnant des moyens aux acteurs pour leur permettre d’assurer leur mission convenablement.

Parallèlement, une réforme du Conseil Supérieur de la Magistrature s’avère incontournable pour que ce dernier puisse jouer pleinement son rôle de balise contre les manquements professionnels des juges.

Des réformes prioritaires devront être aussi entamées dans le secteur public fortement touché par la corruption et devront concerner :

  • la décentralisation effective de l’administration de l’État
  • la revalorisation du salaire
  • la mise en place d’un système de gestion du personnel basé sur le mérite
  • la déclaration des biens des fonctionnaires au niveau de chaque département ministériel.

Pour ce qui est de la mise en œuvre de la SNLCC, certes, si l’on admet qu’il s’agit d’une œuvre de longue haleine, il faut également constater qu’il y a urgence dans la mesure où tout un chacun attend des changements rapides, pour aspirer à une meilleure condition de vie.

Cette nouvelle SNLCC a été présentée officiellement au Palais d’Etat d’Iavoloha le 21 septembre 2015. L’occasion a permis au Président de la République, Monsieur Hery RAJAONARIMAMPIANINA, d’exhorter tout un chacun à conjuguer ensemble les efforts pour la mise en œuvre de cette stratégie nationale. Il a donné un signal fort pour marquer sa volonté à combattre la corruption et à lutter contre ce phénomène, selon les termes de cette nouvelle stratégie nationale en signant l’ « engagement national » allant dans ce sens.

Cette nouvelle SNLCC a été présentée officiellement au Palais d’Etat d’Iavoloha le 21 septembre 2015. L’occasion a permis au Président de la République, Monsieur Hery RAJAONARIMAMPIANINA, d’exhorter tout un chacun à conjuguer ensemble les efforts pour la mise en œuvre de cette stratégie nationale. Il a donné un signal fort pour marquer sa volonté à combattre la corruption et à lutter contre ce phénomène, selon les termes de cette nouvelle stratégie nationale en signant l’ « engagement national » allant dans ce sens.

Nouvelle Stratégie Nationale de Lutte Contre la Corruption (SNLCC 2015-2025) téléchargeable.