Author Archives: Bianco BIANCO

BIANCO -ENAM Restitution des travaux d’assistance aux concours d’entrée à l’ENAM session 2010

Category : News et Evènements

Selon la convention de partenariat signée le 13 janvier 2011, entre le Bureau Indépendant Anti-Corruption (BIANCO) et l’Ecole Nationale d’Administration de Madagascar (ENAM), pour l’organisation des concours d’entrée à l’ENAM (session 2010), le BIANCO fournit son appui et son assistance pour le bon déroulement desdits concours. Cette assistance commence depuis les préparatifs ou phase pré-épreuve, pendant l’épreuve et après l’épreuve jusqu’à la publication des résultats.

Dans cette optique, le BIANCO a publié son rapport d’assistance destiné aux responsables de l’ENAM, au Ministère de la Fonction Publique et aux diverses entités concernées par les concours dont la restitution a eu lieu le jeudi 29 septembre 2011 à l’ENAM Androhibe, en présence du Ministre de la Fonction Publique et des Lois Sociales, Henri RASAMOELINA, du Directeur Général de l’ENAM et ses collaborateurs et de son homologue du BIANCO. L’occasion pour le BIANCO de dresser les points forts, les points à améliorer et d’émettre les recommandations pour mieux préparer et organiser les concours à venir.

Le Directeur Général de l’ENAM, Théogène RAJAONARIVELO, a salué l’effort du BIANCO pour son assistance technique dans la réalisation des concours tout en affirmant la détermination de son département à renforcer la collaboration avec le BIANCO.

Malgré les imperfections soulevées, le BIANCO, pour sa part, a toutefois noté le bon déroulement de la session 2010. Il a reconfirmé sa disponibilité pour toute sollicitation de collaboration dans la réalisation des concours administratifs. Cependant, son Directeur Général, le général Faly RABETRANO a affirmé que le BIANCO ne sert pas d’étiquette ou de passage pour valoriser les intérêts personnels ou les intérêts de groupe. Il n’a pas également manqué de rappeler les principes fondamentaux pour la crédibilisation du concours, entre autres :

  • légalité du concours
  • anonymat des candidats et des feuilles de copies
  • Transparence de séances de délibération

Le Ministre de la Fonction Publique, quant à lui, a soulevé que son département a également pour mission d’assainir les concours administratifs, entre autres ses obligations, et a déjà fait de son mieux pour améliorer les textes régissant les concours administratifs.


SALON DES ETUDIANTS : La lutte anti-corruption au cœur des jeunes

Category : Non classé

Chaque année, le Bureau Indépendant Anti-Corruption (BIANCO) participe au Salon des Etudiants organisé par l’Université d’Antanarivo en vue d’orienter les jeunes dans leur parcours et d’élargir le réseau d’Honnêteté et d’Intégrité (RHI) initié par la Branche Territoriale du BIANCO à Antananarivo.

En effet, le Bureau n’a pas raté l’occasion, du 06 au 08 octobre 2011, à travers la tenue d’un stand, de mobiliser les jeunes et les étudiants à refuser la corruption. On attend d’eux le rôle de veille et d’interpellation en tant que relais pour qu’ils puissent à leur tour sensibiliser le public à lutter contre la corruption. Environ, 600 jeunes se sont déjà portés volontaires à adhérer le réseau durant le salon. L’objectif étant de mobiliser autant de jeunes afin qu’ils puissent s’organiser eux-mêmes en tant que réseau.

Cette activité de sensibilisation de la section Education-Prévention de la branche Territoriale d’Antananarivo entre dans le cadre de la mission du Bureau à Informer le public sur l’état de mise en œuvre du Programme de Lutte Contre la Corruption.


SYNDICAT DES INDUSTRIES DE MADAGASCAR : Assainissement de l’environnement des affaires

Category : News et Evènements

La journée du 21 novembre 2011 était symbolique pour le BIANCO et le Syndicat des Industries de Madagascar (SIM). Elle a marqué le développement de la collaboration entre les deux parties dans le but d’assainir l’environnement des affaires à Madagascar.

En effet, les opérateurs du secteur industriel malgache réunis au sein du SIM ont témoigné leur volonté à apporter un nouveau souffle pour les industries malgaches en luttant contre la corruption et la fraude. Ainsi, les dirigeants d’entreprise industrielle ont signé l’ « Engagement d’Intégrité » qui est un signal fort émis à l’endroit des entités ayant des relations d’affaires sur la façon dont l’entreprise s’engage à adopter la culture d’éthique et de transparence dans la conduite des affaires, et également, une manifestation d’attitude exemplaire vis-à-vis des autres groupements professionnels. « L’Engagement d’Intégrité » n’est autre qu’un outil pratique qui fournit un modèle complet de bonnes pratiques dans le domaine de la lutte contre la corruption. Il définit un cadre éthique et une référence à un engagement sans compromis à avoir un comportement éthique et responsable. L’on note que le BIANCO a apporté son appui technique dans l’élaboration de l’Engagement d’Intégrité pour les membres du SIM, en vue de prévenir la corruption dans le secteur industriel.

Par ailleurs, pour la première fois dans son histoire, le Syndicat des Industries de Madagascar s’est doté d’un Code de Conduite des affaires lui permettant de promouvoir le haut standard d’intégrité et de professionnalisme. L’adoption de ce Code qui est stipulé dans l’Engagement d’Intégrité dénote sa détermination à combattre ce fléau mondial.


CONFERENCE INTERACTIVE Le renforcement de la Chaîne anti-corruption sur le tapis

Category : News et Evènements

Périodiquement, le Bureau Indépendant Anti-Corruption (ou BIANCO) met en place un espace médiatique afin d’informer la population sur l’avancée de la lutte contre la corruption à Madagascar. Ainsi, dans ce sens et dans le cadre de la semaine de la célébration de la Journée Mondiale de Lutte Contre la Corruption, le Bureau a organisé une Conférence Interactive sur le thème « Le renforcement de la Chaîne anti-corruption pour une mise en œuvre efficiente du programme de Lutte Contre la Corruption à Madagascar », le 02 décembre 2011 dans la Salle de Conférence du Ministère des Affaires Etrangères à Anosy. Des techniciens hautement qualifiés, ainsi que d’Experts dans leur domaine respectif ont participé à ce débat.

Co-présidée par le Directeur Général du BIANCO, le Général Faly RABETRANO et le Président (à l’époque) du Comité pour la Sauvegarde de l’Intégrité, Madame Bakolalao RAMANANDRAIBE, la conférence interactive a eu pour objectif de :

  1. susciter un débat sur les réalités de mise en œuvre de la lutte contre la corruption à Madagascar, débat qui aboutira sur des réflexions de fond sur les forces, les faiblesses et les opportunités de cette lutte dans la grande Ile.
  2. aider le Bureau à choisir ses orientations stratégiques afin d’optimiser ses actions anti-corruption grâce aux différentes remarques, suggestions et conseils émis par les techniciens et les experts intervenant dans le débat.
  3. apporter des éclaircissements dans l’opinion publique sur certains aspects de la lutte relatifs à la Chaîne Anti-Corruption à travers l’avis de ces techniciens et experts.

L’audience a également été invitée à prendre part aux débats à travers des questions que les invités ont pu poser aux intervenants. Beaucoup de suggestions et de recommandations ont été émises. Le BIANCO a résumé les points saillants des interventions et des débats pour servir de document de repère pour pouvoir avancer encore plus dans la lutte.

INTERVENANTS:

  1. Le Général Herilanto RAVELOARISON, Ancien Ministre de l’Environnement
  2. Monsieur Eric RAKOTOARISOA, Vice Président de l’Université d’Antananarivo
  3. Monsieur Stephan RAVELOSON, Président du SIM
  4. Modérateur : M. Jean Aimé RAMBELOSON, Journaliste à la TVM

DECLARATION DE PATRIMOINE : Omer BERIZIKY montre l’exemple

L’exemple vient d’en haut. Pour la première fois, un Premier Ministre, en la personne de Jean Omer BERIZIKY, a déposé de ses propres mains, au siège du Bureau Indépendant Anti-Corruption à Ambohibao, le formulaire contenant sa déclaration de Patrimoine, le 06 décembre 2011.

Par la même occasion, il a signé le  » Manifeste d’Intégrité  » destiné aux hauts responsables étatiques au sein de l’Administration. Le  » Manifeste d’intégrité  » est un engagement moral vis-à-vis des usagers, vis-à-vis des collègues et des administrés et à la fois un outil pratique qui fournit un modèle complet de bonnes pratiques dans le domaine de la lutte contre la corruption. Il définit un cadre éthique et une référence à un engagement sans compromis à avoir un comportement éthique et responsable.

Le Premier Ministre n’a pas également manqué de soutenir, d’une part, la mise en place d’une structure anti-corruption déjà mise en place et, d’autre part, l’engagement du personnel du BIANCO envers la lutte tout en encourageant ce dernier à faire encore mieux dans l’accomplissement de son travail.


PARTENARIAT BIANCO-ACMIL : Sécurisation des opérations menées par le Bureau

Category : News et Evènements

En se référant aux textes régissant le BIANCO et dans l’accomplissement de ses missions, le Bureau est tenu d’assurer la sécurité de son personnel et de biens mis à sa disposition.

En effet, avec l’autorisation officielle du Ministère des Forces Armées, une séance de recyclage sur :

  • la défense de point sensible; de sécurisation des opérations; et de tir d’entretien, en partenariat avec l’Académie Militaire, a été organisée le vendredi 30 septembre 2011 à Antsirabe au profit de tout le personnel militaire (de la Gendarmerie Nationale et de l’Armée) et de celui de la Police Nationale détaché au sein de la Direction Générale et de toutes les Branches Territoriales du BIANCO.

Concernant la défense de point sensible : Après une brève séance théorique accordée par le Commandant Adjoint de l’ACMIL, une simulation en temps de crise a été faite afin de mieux protéger les locaux du Bureau qui se trouvent dans toutes les provinces de Madagascar.

Quant à la sécurisation des opérations : De rappel a été fait sur les conduites à tenir durant les opérations d’investigations menées sur terrain par le personnel du Bureau.

Pour le tir d’entretien : les armements utilisés sont : Kalachnikov et PA Makarov.

Il convient de mentionner que le personnel du Bureau est parfois appelé à se rendre dans les zones rouges. A cet égard, il est indispensable pour le personnel militaire détaché au BIANCO de participer à ce genre de formation de recyclage afin de répondre au besoin de sécurité exigé par le texte parce que c’est en période de paix qu’on prépare la crise.


ANTSIRANANA : Activités d’Education et de sensibilisation

Category : News et Evènements

Du 10 octobre au 17 novembre 2011, l’équipe de la Branche Territoriale du BIANCO Antsiranana s’est déplacée dans la région SAVA (Sambava, Andapa, Vohémar, Antalaha) pour mener une campagne d’éducation et de sensibilisation au profit des acteurs des collectivités territoriales décentralisées et ceux des services publics régionaux, des membres des Organisations de la Société Civile, des secteurs privés, des opérateurs économiques, des jeunes et de la population locale.

L’objectif vise à sensibiliser tout le monde à refuser la corruption et à inciter les services publics à mettre en œuvre les dispositifs anti-corruption pour avoir de meilleurs résultats.


JOURNEE INTERNATIONALE DE LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION 2011

Category : News et Evènements

Sous le thème « Lutte contre la corruption levier du développement local»
Comme plusieurs autres pays ayant signé la Convention des Nations Unies sur la Lutte Contre la Corruption à Mérida – Mexique, le 09 décembre 2003, et la Convention de l’Union Africaine sur la prévention et la lutte contre la corruption, le 12 juillet 2003, Madagascar célèbre également la Journée Internationale de la Lutte Contre la Corruption le 09 décembre.

Sous le haut patronage de Monsieur ANDRIANAINARIVELO Hajo Herivelona, Vice Premier Ministre chargé du Développement et de l’Aménagement du Territoire, la célébration officielle s’est tenu à MIARINARIVO (Région Itasy) le 09 décembre 2011. Diverses activités ont été organisées localement dès le 07 décembre pour marquer cette Journée Internationale.

Susciter la manifestation d’une volonté politique soutenue à lutter contre la corruption au niveau de la Région ITASY ; faire connaître au public l’engagement des secteurs de l’administration à la lutte contre la corruption, à travers leurs réalisations dans divers domaines d’activités; accroitre la visibilité du BIANCO, en tant qu’agence de mise en œuvre du programme de lutte contre la corruption ; impliquer réellement tous les acteurs dans la Région ITASY afin d’assurer le développement local tout en luttant contre la corruption ; éduquer et mobiliser les jeunes à respecter et à véhiculer les valeurs d’honnêteté et d’intégrité; et améliorer les stratégies de développement au sein du secteur privé sont les objectifs de cette célébration.

L’organisation résulte du partenariat technique entre la Région Itasy, le Disctrict de Miarinarivo, la Commune Urbaine de Miarinarivo et le BIANCO (Direction Générale et la Branche du BIANCO à Antananarivo).

Les différentes activités:

  • Concours de poème et de Kabary (rhétorique)
  • Exposition sur les activités des participants (services publics et privés de la place)
  • Hira Gasy ayant trait à la lutte contre la corruption (chanson traditionnelle)
  • Concours de sketches sur la lutte anti-corruption
  • ournoi sportif
  • Carnaval
  • Concours de meilleur organisation de travail
  • Conférence-débat radio diffusée

Echos du 09 Décembre 2012

Category : News et Evènements

Madagascar : les dirigeants et le public malgaches, résolument convaincus de l’impératif de lutter contre la corruption. Ainsi pourrait se traduire la mobilisation générale suscitée par les activités qui se sont tenues à l’occasion de la célébration du 9 décembre, journée mondiale de lutte contre la corruption, à Madagascar cette année.Les festivités organisées à l’occasion de la célébration du 9 décembre 2012 ont démontré, une fois de plus, la ferme résolution de Madagascar à s’engager à lutter contre la corruption. A l’instar des années précédentes, l’événement a été dûment marqué à l’échelle nationale et les activités se sont étalées sur plusieurs jours, donnant lieu à une « semaine nationale de lutte contre la corruption », orchestrée par le Bureau Indépendant Anti-Corruption (BIANCO).« Lutte contre la corruption, garant de la sécurité publique et de la confiance mutuelle entre gouvernants et gouvernés », tel est le thème choisi cette année compte tenu du problème chronique de l’insécurité qui sévit depuis quelques temps sur tout le territoire malgache.

Renforcement de la prise de position des dirigeants,
Son Excellence, Monsieur le Premier Ministre, accompagné de plusieurs membres du gouvernement ainsi que des autorités locales, ont honoré de leur présence la célébration officielle qui s’est tenue à Morondava, dans la région de Menabe au sud ouest de l’île. Ce fut une occasion de plus, pour les dirigeants et responsables politiques, de réaffirmer leur détermination à s’engager à lutter contre le fléau de la corruption, tant par leurs discours que par les séances symboliques de signature du « manifeste d’intégrité ».

Mobilisation à tous les niveaux,
Chaque Branche Territoriale du Bureau Indépendant Anti-corruption s’est surpassée dans l’organisation de diverses manifestations dans le but de mobiliser le public à s’impliquer davantage dans la lutte contre la corruption. Les activités diverses et variées organisées par les six branches territoriales du BIANCO disséminées à travers l’île, visaient à toucher le maximum de cibles afin que chaque citoyen, quelque soit son profil, se sente concerné par la cause de l’anti-corruption. Ainsi, le public ont assisté massivement aux séances de mobilisation et aux conférences débat. Il en était de même lors des journées portes ouvertes et les expositions organisées en collaboration avec les nombreux partenaires du Bianco, notamment le ministère de la justice, la Gendarmerie nationale, la Police Nationale, les Collectivités Territoriales, le ministère de l’environnement, l’Administration pénitentiaire … Les jeunes ont répondu présents au cours des manifestations sportives et autres activités ludiques tels que les concours de poèmes, chansons et théâtres, organisées durant toute la semaine du 3 décembre. La journée du 9 décembre clôturait les festivités par un défilé ou un carnaval ayant vu la participation des différents partenaires, Organisations de la Société Civile, diverses associations et surtout des jeunes. Il y eut également les spectacles et concerts animés par les artistes locaux qui furent mis à profit pour primer les participants aux diverses manifestations culturelles et sportives. Certaines régions ont même saisi l’occasion pour récompenser les entités locales qui se sont distinguées dans l’application des mesures de prévention des risques de corruption, notamment par la mise en place des dispositifs de standard de service dans leurs locaux respectifs.

C’est ensemble que nous vaincrons la corruption,
Enfin, comme pour les années précédentes, la déclaration du Directeur Général du BIANCO diffusée le 9 décembre sur les chaînes de télévision et les stations de radio nationales et de proximité, exhortait tout un chacun à une implication effective à la cause de l’anti-corruption. En bref, les activités de célébration du 9 décembre n’ont laissé de côté aucune catégorie du public malgache : des autorités aux jeunes, en passant par l’administration publique, le secteur privé et même les diverses communautés religieuses. La présence massive du public à chacune de ces manifestations a démontré, une fois de plus, la prise de conscience des malgaches quant à l’impératif de combattre la corruption. Le défi consisterait à décliner cette mobilisation en engagement effectif : « C’est ensemble que nous vaincrons la corruption », ce slogan vulgarisé depuis toujours par le BIANCO à travers ses messages de mobilisation, est plus que jamais d’actualité.

DECLARATION SOLENNELLE DU DG DU BIANCO pour l’occasion
Cher(e)s Compatriotes, Madagascar a encore le privilège de pouvoir lutter contre la corruption. Comme plusieurs autres pays dans le monde, Madagascar célèbre aujourd’hui 09 décembre, la Journée Internationale de la Lutte Contre la Corruption. Notre pays s’engage contre la corruption car aucun réel développement n’est possible dans un environnement miné par ce fléau. Ainsi, cette célébration ne devrait pas être considérée comme une simple tradition ou simplement une forme d’usage, mais elle devrait être une occasion pour tous d’affirmer la volonté de venir à bout de la corruption. Des avancées ont été enregistrées dans les volets éducation du public, celui de la prévention de la corruption et dans l’application de la loi durant ces huit années de mise en œuvre du programme de lutte contre la corruption. Madagascar a pu entretenir une meilleure visibilité sur la scène internationale de la lutte contre la corruption. Cependant, des défis majeurs restent à relever. Les situations très difficiles que notre pays traverse actuellement favorisent des différentes sortes de pratiques de corruption et engendrent une recrudescence de l’insécurité liée au discrédit de la représentation de l’Etat à différents niveaux. Plusieurs hauts responsables publics et acteurs politiques ont manifesté à l’occasion de discours prononcés et autres interventions publiques leur volonté de lutter contre le fléau de la corruption. Cet engagement est à préserver et surtout à traduire en actions palpables et concrètes. Le thème de notre célébration pour cette année est :

« La lutte contre la corruption, garant de la sécurité publique et de la confiance mutuelle entre gouvernants et gouvernés ».
Renforcer la répression de la corruption nécessite le renforcement de l’ensemble du système répressif, aussi nous exhortons les différents acteurs à savoir le Ministère de la Justice, les autorités judiciaires à différents niveaux, les entités de police judiciaire à unir nos efforts pour une véritable coalition contre la corruption. L’année 2013 sera l’année de mise en œuvre du programme d’évaluation de l’application de la convention des Nations-Unies sur la Lutte Contre la corruption, pour Madagascar en tant que pays examiné. C’est un défi majeur qu’il nous faudra relever. Je tiens à rappeler qu’il s’agit ici de l’évaluation des avancées du pays dans la mise en œuvre de la convention des Nations-Unies. Ce n’est pas la seule affaire du BIANCO, mais bien de tout le pays. Un effort supplémentaire doit être fourni pour intensifier la lutte contre la corruption. Elle est l’affaire de tous et constitue un travail de longue haleine, nécessitant beaucoup de patience, de la conviction et un engagement à toute épreuve. Unissons nos efforts car « ensemble, nous vaincrons la corruption ».


PARTENARIAT BIANCO-FDL-PGDI Atelier d’harmonisation de la mise en place des dispositifs anti-corruption des communes

Category : News et Evènements

PARTENARIAT BIANCO-FDL-PGDI Atelier d’harmonisation de la mise en place des dispositifs anti-corruption des communes
Le Fonds de Développement Local (FDL) œuvre pour l’amélioration des conditions de vie des populations, en finançant des projets de développement ou d’infrastructures socio-économiques et les investissements publics prioritaires identifiés par les Communautés rurales. Le FDL, selon des critères prédéfinis et conformément à des procédures préétablies, confère aux Communes jugées éligibles, des fonds d’un certain montant dont l’usage sera réservé à des investissements communaux ou à la mise en place d’infrastructures communales. Souciant de l’utilisation et de la gestion de ces fonds, une Convention liant le FDL et le Bureau Indépendant Anti-Corruption (BIANCO) a été établie le 19 octobre 2010, en vue de renforcer la gouvernance locale, dont l’un des objectifs attendus étant l’aboutissement à une gestion transparente et efficiente des fonds alloués. La mission d’éducation et de prévention du BIANCO au profit des détenteurs de ces fonds (entre autres les maires,…) va dans l’esprit de cette convention. C’est ainsi que l’atelier de deux jours, du 23 au 24 février 2012, s’est penché sur l’harmonisation des approches dans la mise en place des dispositifs anti-corruption auprès des communes financées par le FDL.

Objectifs: La mission consiste à uniformiser les approches pour la mise en place de Dispositifs anticorruption (DAC) au niveau des communes d’intervention du FDL, des outils efficaces et nécessaires, aussi bien matériels que textuels, aux fins de verrouiller toutes les zones de risques de corruption et de fraude se rapportant à leurs activités et à la gestion des fonds qui leurs sont alloués. Il s’agit ainsi de rendre opérationnel le mécanisme de standard de services publics au niveau des Bureaux des Communes et d’apporter, suite à des panels des textes et des normes de procédures existantes, des propositions d’amélioration ou de renforcement.

Résultats attendus: Après cet atelier, on attend de la mise en place de Dispositifs anticorruption l’amélioration de la qualité des services publics offerts par la commune ainsi que l’instauration et le renforcement de la culture de lutte contre la corruption au niveau de l’équipe communale et l’adoption de la culture de refus de la corruption du côté des usagers. Notons que cet atelier est le fruit du partenariat entre le FDL, le Programme de Gouvernance pour le Développement Institutionnel (PGDI) et le BIANCO.