Category Archives: News et Evènements

FAMARANANA NY DINGANA FANDRAISANA MPIASA AVY ANY IVELANY

Ho famaranana ny dingana fandraisana mpiasa vaovao avy any ivelany (recrutement externe) dia notontosaina ny zoma 27 novambra 2020 teo ny fisaorana sy fankasitrahana ny Komity manokana miandraikitra ny fandraisana mpiasa vaovao enti-manatevin-daharana ny BIANCO. Notsongaina nohon’ny traikefa manokana sy ny toerana misy azy ireo mpikambana mandrafitra ity Komity ity. Ho fampanjakana ny mangarahara sy ho fitandroana ny tsy fitanilana dia nahitana olo-be, solotenan’ny fiarahamonim-pirenena sy ny fikambanana mitandro ny soatoavina malagasy, ny sehatry ny fampianarana sy ny asam-panjakana misahana ny vola sy ny fikarohana ny fandikan-dalàna ary ny sehatra tsy miankina io Komity manokana io.

Marihina fa tafiditra tanteraka ao anatin’ny fampiharana ny didim-panjakana vaovao laharana 2020-013 mikasika ny fanitsiana ara-drafitry ny BIANCO ny dingana rehetra notanterahina hatreto. Natomboka tamin’ny fandraisana arahin-tsivana ireo mpiasa tato anatiny izany. Tamin’ny volana septambra lasa teo no vita io dingana voalohany io. Manodidina ny 93% no tahan’ny mpiasa namaly ny filàn’ny fanitsiana ara-drafitra. Notsinjaraina izy ireo mba hanatevin-daharana ny rantsamangaikan’ny BIANCO any amin’ny faritra ary mba ho fampitoviana lenta sy hahitana fahombiazana eo amin’ny fanatanterahana ny asa.

Manodidina ny dimampolo eo ho eo ny isan’ireo mpiasa ivelany ho raisin’ny Komity manokana ho famenoana ny toerana banga navoitry ny filàna vaovao. Rehefa vita ny sivana (pré-sélection) sy ny adina am-bava (entretiens) dia irosoana tsikelikely ankehitriny ny fanadihadiana (enquête de moralité) atao amin’ireo mpifaninana voafantina isaky ny sokajin’asa mialoha ny fanendrena ny ho tompon-toerana. Hampahafantarina etoana amin’ny fotoana mahamety azy izany vokatra farany izany.


Signature d’une convention de partenariat entre le Ministère de l’Environnement et du Développement Durable (MEDD) et le Bureau Indépendant Anti-Corruption (BIANCO)

Category : News et Evènements

Mardi 24 novembre 2020, bureau GIZ Ambatobe

Le Ministère de l’Environnement et du Développement Durable (MEDD), représenté par son Ministre, Mme Baomihavotse Vahiniala RAHARINIRINA et le Bureau Indépendant Anti-Corruption (BIANCO), représenté par son Directeur Général, M. Laza ANDRIANIRINA, ont signé, pour une durée de deux ans, un accord-cadre, d’une part, dans la perspective de la préservation de l’immense capital naturel du pays et d’autre part, dans le but de réduire les trafics des ressources naturelles » et ce, conformément à l’objectif de la Stratégie Nationale de Lutte Contre la Corruption (SNLCC) 2015-2025 assigné au secteur prioritaire « Ressources naturelles ».

Ainsi les deux parties souhaitaient-elles concrétiser leur volonté d’agir de concert et s’attaquer ensemble aux pratiques corruptives qui ont longtemps prévalu dans le domaine forestier et environnemental.

Défini d’un commun accord, le plan d’action reflète la nouvelle approche de la lutte anti-corruption adoptée par le BIANCO, dénommé « Mode Opératoire Faire-Faire » (MOFF).

Ce plan d’action recense avec précision les activités communes à réaliser conformément aux engagements pris par les deux parties, à savoir :

  • L’appui et le renforcement des capacités du Centre National de Formation, d’Etudes et de Recherche en Environnement et Forestier (CNFEREF), de l’Unité de Lutte contre la Corruption (ULC) et des démembrements du MEDD dans le domaine de mobilisation du grand public aux fins de vulgarisation de la culture de refus de la corruption ;
  • L’accompagnement par le BIANCO, via le transfert d’expertise méthodologique, dans la mise en œuvre par le MEDD de sa politique de lutte anti-corruption interne ;
  • La réalisation de l’analyse des opportunités de corruption dans les procédures de fonctionnement du Ministère ;
  • La conduite conjointe des investigations à l’égard des cas de corruption dénoncés dans le secteur environnemental et forestier

Les deux parties conviennent de faciliter réciproquement leurs actions, par le biais notamment de la fluidification du circuit et du partage des informations nécessaires à la mission d’éducation, de prévention et d’application de la loi.

Un Comité Technique de Suivi (CTS) est mis en place pour superviser la mise en œuvre de cette convention de partenariat.

La cérémonie de signature de cette convention a été précédée de la remise officielle d’un rapport d’étude et d’analyse des risques de corruption dans la gestion de l’environnement à Madagascar financé par la GIZ au profit du MEDD.


Falsification des attestations et documents, détournement des droits et recettes auprès de l’Aviation Civile de Madagascar

02 personnes placées sous MD

Le rapport d’audit en interne effectué par l’Aviation Civile de MADAGASCAR (ACM) a révélé des malversations mettant en cause certains responsables de l’administration habilités à délivrer divers documents officiels destinés aux usagers et aux professionnels du secteur aérien, notamment les documents relatifs au système du transport aérien parmi lesquels figurent le certificat de transport aérien et le certificat d’aptitude de licence d’agent technique d’exploitation des aéronefs de transports publics.

En vue de la manifestation de la vérité, l’ACM a saisi le Bureau Indépendant Anti-corruption pour examiner en profondeur les infractions de corruption qui se profilent derrière ces faits violant les lois et règlements régissant l’ACM, à savoir les falsifications commises sur des attestations et des documents divers, les détournements des droits et recettes. 

Cette affaire impliquait un certain nombre de responsables au niveau de l’ACM, notamment ceux en charge de la supervision de la sécurité, de la réglementation des opérations aériennes, certains dirigeants de la compagnie aérienne Madagascar Airways et plusieurs pilotes d’autres compagnies aériennes.

Après plusieurs renvois de leur présentation au parquet, la décision du PAC tombait dans la nuit du 19 novembre : 02 personnes parmi les 18 impliquées ont été placées sous mandat de dépôt. Il s’agissait de l’Inspecteur chargé des réglementations auprès de l’ACM et d’un agent du service de transport aérien. Les autres, quant à eux, attendront la suite judiciaire réservée à cette affaire sous le régime de liberté provisoire.

Cette affaire révélait au grand jour des faits de combine et d’arrangement longtemps dissimulés de l’aviation civile malagasy au détriment de la sécurité d’une clientèle pourtant de plus en plus croissante. Espérons néanmoins que son traitement judiciaire préludera au déracinement d’un mal qui n’a de cesse de ronger un pan de notre transport aérien.